• Quai Favières Antiquités
  • Quai Favières Antiquités
  • Quai Favières Antiquités
  • Quai Favières Antiquités
  • Quai Favières Antiquités
Quai Favières Antiquités
ANTIQUITES
BROCANTE
LIBRAIRIE ANCIENNE
6 QUAI FAVIERES
03100 Montluçon
Tél : 06 88 71 45 46
Accueil > Catalogue > TABLEAUX / AQUARELLES / GRAVURES > Leonor Fini (1908-1996) Visage, Sérigraphie
Leonor Fini (1908-1996) Visage, Sérigraphie
Léonor Fini (1908-1996)
« Visage »
Sérigraphie sur papier, signée au crayon en bas à droite et numéroté 83/130
(56x45) visible
Encadrement sous verre (83,5x65cm)

- 145 € -

Léonor Fini est née en 1908 à Buenos Aires (Argentine) de parents italo-argentins.
Elle commence à peindre très tôt, admirant d’abord les peintres du Quattrocento, puis les maniéristes du XVI° siècle dont les grâces alanguies la fascinaient.
Léonor Fini étudie à Trieste – où elle a passé enfance et adolescence -, subissant l’influence de Carlo Carrà.
Elle s’installe à Paris en 1933 et participe aux activités du groupe surréaliste, comme elle le fera à Londres – où elle participa à l’exposition « Le Surréalisme » (Burlington Gallery, 1936) -, New York (« Fantastic Art, Dada, Surrealism », 1936), Zurich et Bruxelles. Sa première exposition française, après un premier accrochage italien à Milan, sera organisée à Paris en 1933. Eluard et de Chirico sont les préfaciers de son catalogue pour sa première exposition personnelle à New York (1938).
Femme ayant le goût de la plume et la passion du masque, elle fut toujours attirée par la scène et travailla pour le théâtre, le ballet, puis le cinéma. Dessinateur, aquarelliste et graveur, Léonor Fini a illustré de nombreux ouvrages (« La Tempête » de Shakespeare, « Juliette » de Sade, « Les Fleurs du Mal » de Baudelaire, etc.).
L’œuvre de Léonor Fini matériellement nourrie de la tradition classique, montra successivement des silhouettes d’adolescentes, des paysages fantastiques, des femmes chauves, des germinations au style presque abstrait, toujours marquée par l’étrangeté. Il y a toujours chez elle l’ambiguïté du sujet traité, une féminité exacerbée, souvent le recours à un érotisme morbide ou à l’ambiance d’un climat trouble.
Une très grande rétrospective de son œuvre (peintures, gouaches, aquarelles, dessins, gravures, éditions de bibliophilie, masques) lui a été consacrée au Musée du Luxembourg (Paris, 1986).
Léonor Fini est morte en 1996 à Paris.